LES ENFANTS SONT ROIS

by Claire LABALETTE

LES ENFANTS SONT ROIS - DELPHINE DE VIGAN

Les enfants sont rois, Delphine de Vigan

Mon pitch

Mélanie baigne depuis toujours dans les émissions de téléréalité, c’est une « enfant du loft ».
En attendant son Destin de star, Mélanie devient mère au foyer.
C’est tout naturellement et pour palier à son ennui, qu’elle créée une chaine Youtube et un compte Instagram sur la vie de ses enfants.
Filmés de long en large, du matin au soir, Kimmy et son frère deviennent les « héros de cette chaîne » à 5 millions d’abonnés.
Pendant ce temps-là, les parents, eux, deviennent millionnaires et célèbres grâce à leurs enfants.

Le 10 novembre 2019, Kimmy Diore, 6 ans, est kidnappée pendant une partie de cache-cache.
Lors de l’enquête, Mélanie va croiser la route de Clara Roussel, chargée de retrouver sa fille.
Cette policière, pour résoudre l’enquête, va devoir se plonger dans ce monde de paillettes dont elle ignore tout.

Mon avis

Vous le savez peut-être, mais Delphine de Vigan est une de mes chouchous.
J’attends avec une impatience non dissimulée ses sorties.
Une fois encore, elle a su me surprendre, elle était là où je ne m’y attendais pas.
Mais c’est toujours avec une écriture délicate et intelligente.
Ce livre se situe entre le polar et le roman.
Avec ce roman, on étudie sociologiquement l’impact et les conséquences des réseaux sociaux sur notre vie et sur le développement de nos enfants.

Dans ce fabuleux livre, l’auteure met en avant le vide juridique autour de la rémunération des enfants stars, mais aussi l’intrusion des réseaux dans nos vies personnelles, le besoin d’exister par des likes, le merchandising à outrance… C’est palpitant et intelligent.

Pour la petite histoire :
Sa mère, Lucile, est une ex-enfant star qui s’est suicidée en 2008. « Mon grand-père était publicitaire et, enfant, ma mère posait pour des campagnes. Ma grand-mère m’a raconté que l’argent ainsi gagné permettait de boucler les fins de mois, de payer les cadeaux de Noël, c’était le beurre dans les épinards ».
Elle ajoute également : »Je crois que ma mère a souffert, d’abord d’être réduite à cette beauté de petite fille parfaite. Et puis, ça l’embêtait de poser mais elle sentait qu’elle y était contrainte économiquement ».

On comprend d’autant plus le sujet de ce roman en lisant ces quelques phrases.

Je ne peux que vous recommander chaudement cette lecture et surtout j’attends vos retours.

 

Je vous invite à découvrir mon blog littéraire dans son intégralité et échangeons nos avis.

Et si on regardait une interview de cette auteure sur son livre ?

5 1 vote
Évaluation de l'article
5 comments
0
S’abonner
Notification pour
guest

5 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
dasola
4 mois il y a

Bonjour, c’était le premier Delphine Le Vigan que je lisais et j’ai été conquise. Elle sait très bien raconter une histoire dans l’air du temps. Le personnage de Mélanie est épouvantable. J’ose espérer qu’il n’en existe pas trop comme elle. Bonne fin d’après-midi.

Sandra Hilzheber-Robert
Sandra Hilzheber-Robert
1 année il y a

je l’ai commencé lundi et terminé hier soir. Le style concis, presque clinique m’a happée. Le thème aurait pu me détourner de cet excellent roman, je l’ai d’ailleurs commencé un peu malgré moi et beaucoup à « cause de toi ». Cela m’a rappelé un reportage vu il y a quelques années sur les mini-miss. Cet univers factice, scénarisé a provoqué en moi un profond sentiment de malaise : comment un parent peut-il devenir maltraitant en étant persuadé de faire le bien de ses enfants alors qu’il/elle ne fait que vivre son rêve à travers eux ?

Sandra Hilzheber-Robert
Sandra Hilzheber-Robert
1 année il y a
Répondre à  Claire LABALETTE

« En attendant Bojangles » est un livre dont je ne me lasse pas, je vais donc, une fois de plus, me laisser séduire par ton chant de sirène…

5
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x